Spéciale 30e : Cadavre exquis

Les Ailes du désir

Der Himmel über Berlin

Wim Wenders

1987
France / Allemagne
2h06
Fiction
Coul.
VOSTF

Film choisi par Dominique Marchais

Murés dans leur solitude, vaquant à leurs occupations, les Berlinois ne peuvent pas voir les anges qui les observent. L'un d'eux, Damiel, voudrait vivre la destinée et les sentiments des humains qu'il écoute attentivement. Il rencontre la trapéziste Marion dont il tombe amoureux…

En général, on se méfie des libres associations d’idées comme de quelque chose d’étranger au sens, comme un voyageur se méfierait d’une bifurcation donnant la possibilité de s’engager dans des chemins qui ne mènent nulle part. De fait, confronté à cette image représentant un ange, trois films sont remontés quasi instantanément à la conscience, fruit d’associations d’idées de natures profondément différentes.
L’Ange exterminateur de Luis Bunuel, film où il n’y a d’ange que dans le titre: association d’idées purement langagière. Night of the Demon de Jacques Tourneur, à cause de cette blancheur fulminante dans un océan de suie, qui m’a rappelé l’apparition du monstre dans la nuit, à la fin du film : association d’idées purement visuelle. Et Les Ailes du désir de Wim Wenders, la seule association qui prenne en compte le motif. J’ai privilégié le motif, parce que les films parlent aussi de quelque chose.
Néanmoins, cette hésitation entre les trois films m’a rappelé à quel point l’empreinte que le cinéma laisse sur la conscience est de nature composite.

(Dominique Marchais)
Interprétation
Bruno Ganz, Solveig Dommartin, Otto Sander, Peter Falk, Curt Bois, Nick Cave
Scénario
Peter Handke, Wim Wenders
Image
Henri Alekan
Musique
Jürgen Knieper, Nick Cave and the Bad Seeds, Laurent Petitgand
Décors
Heidi Lüdi
Montage
Peter Przygodda
Production
Argos Films, Road Movies Filmproduktion, WestDeutscher Rundfunk

Dominique Marchais débute comme critique de cinéma pour Les Inrockuptibles avant de passer à la réalisation. De 1999 à 2002, il est sélectionneur pour Entrevues. Il signe son premier court métrage en 2003, Lenz échappé, puis en 2009, un long métrage documentaire Le Temps des Grâces, tous deux sélectionnés dans de nombreux festivals, notamment à Belfort. Son deuxième long métrage, La Ligne de partage des eaux, est sorti en salles en 2013.

Tous les films de la rétrospective