Cinéma et histoire : 1986

Le Sacrifice

Offret

Andreï Tarkovski

1986
Suède / France / Royaume-Uni
2h35
Fiction
Coul.
VOSTF

Alexandre, ancien comédien et auteur dramatique, vit retiré sur l'île de Gotland, entouré de sa famille. Le jour de son anniversaire, alors que sa famille et ses proches sont réunis autour de lui, la terre se met à trembler. La télévision annonce le début d'une guerre atomique. Alexandre fait secrètement un vœu pour sauver le monde. Il lui faudra pour cela accepter de se sacrifier.

Le dernier film d’Andrei Tarkovski, disparu en 1986, et récompensé de quatre prix au festival de Cannes (Grand Prix spécial du jury, Prix du Jury œcuménique, Prix FIPRESCI de la critique internationale, Prix de la contribution artistique pour Sven Nykvist).

 

"Le moyen de revenir à un rapport normal avec la vie est de restaurer un rapport avec soi-même. Il faut pour cela trouver son indépendance face au style de vie matériel et vérifier par là même sa propre essence spirituelle. Dans ce film, je montre un des aspects de cette lutte si on vit en société et qui est la conception chrétienne du sacrifice de soi. Celui qui n’a pas connu ce sentiment-là, de désir, cesse, de mon point de vue, d’être un homme, se rapproche de l’animal et devient un mécanisme étrange, un objet expérimental dans les mains de la société et du gouvernement. Par contre, s’il acquiert son autonomie morale, il trouve en lui la capacité de s’offrir en sacrifice à quelqu’un d’autre."

Andreï Tarkovski (entretien avec Annie Epelboin à Paris, le 15 mars 1986 in Positif, mai 1986)
Interprétation
Erland Josephson, Susan Fleetwood, Valérie Mairesse, Allan Edwall, Tommy Kjellqvist
Scénario
Andreï Tarkovski
Image
Sven Nykvist
Décors
Anna Asp
Montage
Andreï Tarkovski, Michal Leszczylowski
Production
Svenska Filminstitutet, Argos Films, Film Four International

Tous les films de la rétrospective