Un certain genre : Fantaisie Labarthe

Le livre d'image

Jean-Luc Godard

2018
Suisse
1h25
Fiction
Coul.

Te souviens-tu encore comment nous entrainions autrefois notre pensée ?

Le plus souvent nous partions d’un rêve …

 

Nous nous demandions comment dans l’obscurité totale

Peuvent surgir en nous des couleurs d’une telle intensité

 

D’une voix douce et faible

Disant de grandes choses

D’importantes, étonnantes, de profondes et justes choses

 

On dirait un mauvais rêve écrit dans une nuit d’orage

Sous les yeux de l’Occident

Les paradis perdus

 

La guerre est là …

 

"C’est d’ailleurs très intéressant d’analyser l’évolution du rapport entre Godard et ses lunettes. Au début, il portait des lunettes opaques, jour et nuit. Le temps passant, ses lunettes sont devenues moins noires ; on a commencé à voir ses yeux. Aujourd’hui, il porte des lunettes à verres transparents. Autrement dit, il est peu à peu allé vers la transparence, comme son cinéma ! Je crois à cette idée-là. Avant, il voulait voir sans être vu ; aujourd’hui, il affronte les évènements. On dirait l’histoire de la télévision : au début, c’était un tout petit écran dans une sorte de caisse en bois. Peu à peu, la caisse s’est rétrécie et aujourd’hui, ne reste plus que l’écran ! Autrement dit : autrefois, le spectateur était un voyeur qui regardait à travers un trou de serrure ; maintenant, c’est un témoin. Jean-Luc Godard et ses lunettes, c’est la même chose, pour moi. Il est passé de voyeur à témoin."

André S. Labarthe (La Saga, Cinéastes de notre temps, Capricci, 2011)

Scénario
Image et parole : Godard Aragno Battaggia Brenez
Production
Ecran Noir Productions, Casa Azul Films

Tous les films de la rétrospective