Un certain genre : Fantaisie Labarthe

Nosferatu le vampire

Nosferatu, eine Symphonie des Grauens

1922
Allemagne
1h34
Fiction
N&B

Wisborg, 1838. Thomas Hutter délaisse sa jeune femme Ellen pour se rendre en Transylvanie dans l’inquiétante demeure du comte Orlok. Ce film phare de l’expressionnisme allemand, adapté du Dracula de Bram Stoker, est l’un des premiers films d’horreur de l’histoire du cinéma.

"Nosferatu est l’un des cinq ou six films essentiels de l’histoire du cinéma, et sans doute le film muet capital. Tant que le cinéma existera et qu’on projettera des films, il est vraisemblable qu’on rêvera sur Nosferatu, qu’on l’admirera, qu’on l’étudiera, qu’on l’interprétera. Aimé par tous les publics, aussi bien populaire qu’intellectuel (en France, les surréalistes proclamèrent leur admiration pour le film et cela, vu leur sens inouï de la publicité, le servit beaucoup), Nosferatu est à l’origine d’un courant fondamental du cinéma, celui de la morbidité, qui engendrera une longue série de chefs-d’œuvre."

Jacques Lourcelles (Dictionnaire du cinéma, Novembre 1993)

Interprétation
Max Schreck, Alexander Granach, Gustav von Wangenheim, Greta Schröder, Georg H. Schnell
Scénario
Henrik Galeen
Image
Fritz Arno Wagner
Musique
Hans Erdmann
Décors
Albin Grau
Production
Albin Grau, Enrico Dieckmann