La Fabbrica : Les premiers films de...

Plus qu'hier moins que demain

1998
France
1h26
Fiction
Coul.

Après plusieurs années d’absence, le retour improvisé de Sonia dans sa famille ravive des souvenirs douloureux. Grand Prix de Belfort en 1998, le premier long métrage de Laurent Achard est une chronique familiale sèche et sensuelle à la fois, dont le rapport à la nature évoque celui de Jean Renoir.

« Depuis la mort littéraire de J.D. Salinger, les enfants-poissons se font rares. De toute façon, muets comme ils étaient, il n'y avait pas grand-monde pour les écouter. L'art du jeune Laurent Achard consiste à pister ces derniers poissons à visage humain, ces petits têtards, ces petits d'homme. Ce qui ne veut pas dire, loin de là, que son cinéma coule de source. Les sources sont secrètes, il faut connaître le mot de passe. Se souvenir de ce qu'on appelait, peut-être abusivement, « le cinéma ». Plus qu'hier, moins que demain, il faut attendre qu'il vienne, il faut patienter. Il appartient à l'école classique, celle de Renoir, celle de Ford. L'enfant-poisson, ce n'est pas Tarzan, il ne vous saute pas dessus comme Johnny Weissmuller. Est-ce que c'est un enfant-poisson, d'ailleurs? Ce serait plutôt un cadet d'eau douce, un chat écorché qui n'a pas peur de faire sa vie dans les rivières. Un enfant d'eau douce, qui ne pleurerait pas devant? Eau douce ne veut pas dire cinéma lacrymal. Même les larmes, ça se met en scène. Stahl savait, Sirk savait, McCarey savait. Le jeune Achard sait aussi. »

(Louis Skorecki, Libération, Novembre 2001)

Interprétation
Pascal Cervo, Martin Mihelich, Laëtitia Legrix, Mireille Roussel, Lily Boulogne
Scénario
Laurent Achard, Ricardo Muñoz
Image
Philippe Van Leeuw
Son
Éric Rophé
Décors
Éric Barboza, Laurent Le Bourhis
Montage
Josiane Zardoya
Production
Movimento Productions, La Sept Cinéma, Rhône-Alpes Cinéma

+ rencontre avec Laurent Achard et Pascal Cervo

Depuis Les Amoureux de Catherine Corsini, son premier rôle au cinéma en 1994, PASCAL CERVO entretient des fidélités avec des auteurs comme Laurent Achard, Paul Vecchiali, Valérie Mréjen, ou encore Pierre Léon. Il réalise un premier court métrage Valérie n’est plus ici en 2008, puis Monsieur Lapin, en 2013. En 2017, son troisième court-métrage Hughes est récompensé au festival Côté court de Pantin. En 2018, il joue dans L’Amour debout de Michaël Dacheux, présenté en Premières Fictions Françaises au festival de Belfort où il a été jury en 2015.

Tous les films de la rétrospective