Cinéma et histoire : Oppressions : la représentation des noirs dans le cinéma de genre

Notre agent de Harlem

The Spook Who Sat by the Door

Ivan Dixon

1973
États-Unis
1h42
Fiction
Coul.
anglais

Sous pression politique, la CIA recrute son premier agent noir : Dan Freeman. Préposé à la photocopieuse pendant des années, il retourne à Chicago, sa ville natale, et utilise ses connaissances d’espion pour entraîner une armée au service de la lutte afro-américaine. Véritable manifeste politique porté par la B.O. d’Herbie Hancock, le film a été interdit lors de sa sortie.

Séance présentée par Régis Dubois

« En adaptant The Spook Who Sat by the Door, un roman de l’écrivain noir Sam Greenlee sorti en 1969 en plein essor des Black Panthers, Dixon donne de l’épaisseur à la volonté implacable et au sens de la justice de son Trouble Man, Dan Freeman apportant le feu d’une main tout en clamant qu’il ne s’agit pas d’une guerre contre les Blancs mais d’un combat pour la liberté. Le jusqu’au-boutisme du film, qui se termine en suspens dans le chaos de la guerre civile, est d’autant plus sidérant qu’il débute comme une satire et prend le spectateur à revers, attendant le retour d’un double-fond ironique qui ne réapparaît pas : comme les chaînes de la discrimination, une fois le masque tombé, il n’est pas question de le remettre. Cette ligne droite de pamphlet révolutionnaire valut au film d’être retiré des salles. Dixon ne fera plus d’autres longs métrages de cinéma, continuant sa carrière comme réalisateur de séries TV. »

(Camille Bui, Cahiers du cinéma, novembre 2017)

Interprétation
Lawrence Cook, Paula Kelly, Janet League, J.A. Preston
Scénario
Melvin Clay, Sam Greenle
Image
Michel Hugo
Son
John Speak
Musique
Herbie Hancock
Décors
A. Leslie Thomas, Cheryal Kearney
Montage
Michael Kahn, Thomas Penick
Production
Sam Greenlee, Ivan Dixon, Thomas G. Neusom

RÉGIS DUBOIS est Docteur en cinéma, auteur, réalisateur et enseignant en BTS & Bachelor audiovisuel. Il a écrit plusieurs ouvrages sur le cinéma afro-américain dont Images du Noir dans le cinéma américain blanc (L’Harmattan, 1997), Le Cinéma des Noirs américains (Le Cerf/Corlet 2005) et Le cinéma noir américain des années Obama (LettMotif, 2017), ainsi que Une Histoire politique du cinéma (Sulliver, 2007), Hollywood, cinéma et idéologie (Sulliver, 2008), Les Noirs dans le cinéma français (LettMotif, 2016), Drive-in & Grindhouse cinéma 50’s-60’s (Imho, 2017) et Eldridge Cleaver, vies et morts d’une Panthère noire (Afromundi, 2017).

Tous les films de la rétrospective