Un certain genre : Intégrale Satoshi Kon

Perfect Blue

Satoshi Kon

1997
Japon
1h21
Fiction
Coul.
VOSTF

Mima, la chanteuse de Cham ! veut quitter son groupe de J-Pop pour devenir actrice. Alors qu'elle se prépare à jouer dans une série télé policière, elle commence à recevoir des messages anonymes et découvre un site révélant des détails personnels sur elle. La santé mentale de Mima se détériore quand plusieurs de ses proches sont assassinés… 

Si ce film doit être vu comme une date révolutionnaire dans l’histoire de l’animation, ce n’est pas parce qu’il aborde des thèmes adultes et profonds (la perte de soi, l’aliénation médiatique), mais parce qu’il propose également une approche réflexive de l’anime, par l’intermédiaire d’un récit qui laisse davantage de place à l’introspection qu’à une orgie d’effets pyrotechniques [...] Mais le plus fascinant dans Perfect blue, car le plus inattendu, concerne sa construction qui se permet des audaces narratives incroyables, comme ces scènes refrains qui viennent conclure à répétition plusieurs moments du film et enferment l’héroïne dans sa folie. Ces boucles temporelles ne sont pas sans rappeler un film très expérimental comme Je t’aime, je t’aime. Perfect blue parvient donc à concilier les recherches temporelles d’un Resnais et l’efficacité d’un thriller psychologique, dépassant De Palma (celui de L’Esprit de Caïn) et Polanski (celui de Répulsion et du Locataire) dans l’art de la mise en abyme.

(Olivier Père, Les Inrockuptibles, novembre 1998)
Interprétation
Junko Iwao, Rica Matsumoto, Shinpachi Tsuji, Masaaki Okura, Yosuke Akimoto
Scénario
Sadayuki Murai
Image
Hisao Shirai
Son
Shizuo Kurahashi
Musique
Masahiro Ikumi
Montage
Harutoshi Ogata
Production
Rex Entertainment, Madhouse

Connexion utilisateur

Tous les films de la rétrospective