La Transversale : CARACTERES - les seconds rôles au cinéma

Holy Motors

2012
France / Allemagne
1h56
Fiction
Coul.

Monsieur Oscar sillonne Paris à bord d’une mystérieuse limousine et se glisse au fil de ses rendez-vous, dans la peau de différents personnages. 

Holy Motors

Égérie évanescente et glacée de Georges Franju (six films ensemble, interprète inoubliable des Yeux sans visage), Edith Scob a porté haut l’étendard de l’étrangeté et de l’inquiétude à travers cinquante ans de cinéma français. Associée au genre fantastique, Scob impressionne par la grande diversité des rôles qu’elle a endossés et, surtout, l’anti-naturalisme forcené qu’elle leur a insufflé, comme pour décoller ses personnages de leur substrat sociologique ou dramatique, et faire parler d’autres forces, d’autres courants en eux. L’étrangeté de Scob vient non seulement d’une silhouette à la fois fragile et coupante, c’est-à- dire à double tranchant, mais aussi d’une intonation vaporeuse et flottante, qui fait entrer beaucoup de fantômes et de courants d’air gothiques dans sa voix. Elle joua parfois pour le cinéma populaire, pour de très beaux feuilletons télévisés (La Poupée sanglante de Marcel Cravenne), mais surtout pour des auteurs insolites, au rang desquels Raoul Ruiz, Andrzej Zulawski, Jean-Daniel Pollet, Paul Vecchiali et Vincent Dietschy. Leos Carax a sans doute repéré en elle une spectralité d’outre-monde, définissant une certaine essence du cinéma, et l’a fait jouer deux fois, dans Les Amants du Pont-Neuf et Holy Motors

Mathieu Macheret (Entrevues, Octobre 2018)
Interprétation
Denis Lavant, Edith Scob, Eva Mendes, Kylie Minogue, Elise Lhomeau
Scénario
Leos Carax
Image
Caroline Champetier
Son
Erwan Kerzanet
Musique
Leos Carax, Neil Hannon
Décors
Florian Sanson
Montage
Nelly Quettier
Production
Albert Prévost, Martine Marignac, Maurice Tinchant

Tous les films de la rétrospective