La Transversale : Le Voyage dans le temps

Woody et les robots

Sleeper

Woody Allen

1973
États-Unis
1h29
Fiction
Coul.
VOSTF

En 2173, Miles, un homme congelé depuis plus de deux siècles est ramené à la vie par des chirurgiens révolutionnaires. Arrêté, il se déguise en robot pour échapper à une société autoritaire et gadgétisée.

Woody et les robots est l'occasion d'un discours antitotalitaire qui fonctionne aussi bien comme élément d'un récit d'anticipation que comme satire de l'époque contemporaine. Ainsi voit-on Allen tirer le meilleur parti comique de deux gadgets qui permettent à la dictature de maintenir les populations dans un état d'hébétude et de soumission : une boule hallucinogène qui plonge ceux qui la manipulent dans une extase artificielle, et l'orgasmatron, un caisson remuant qui a remplacé le contact sexuel, stigmatisant ainsi deux tendances lourdes des sociétés modernes : l'abrutissement des masses par les plaisirs artificiels, et un hygiénisme déréalisant. [...] Pour Woody, la confiance aveugle de l'homme en son propre savoir, sur lequel il se repose avec une assurance pompeuse, est en réalité infantile : les certitudes scientifiques sont démenties par le temps, l'histoire elle-même n'est pas assurée de ne pas tomber dans l'oubli. 

(Laurent Dandrieu, Woody Allen portrait d'un antimoderne, CNRS éditions, Paris 2010)
Interprétation
Woody Allen, Diane Keaton, John Beck, Mary Gregory
Scénario
Woody Allen, Marshall Brickman
Image
David M. Walsh
Son
Jess Soraci, Jack Solomon, Al Gramaglia, Norman Kasow
Musique
Woody Allen
Décors
Gary Moreno
Montage
Ralph Rosenblum, O. Nicholas Brown, Ron Kalish
Production
Rollins-Joffe Productions

Connexion utilisateur

Tous les films de la rétrospective